Habillement

Le problème du compostage des couches

Aujourd’hui, l‘expédition des déchets à travers le pays a montré ses limites. En effet, le convoi des boîtes de couches sale s’avère inutile et inefficace. C’est pourquoi beaucoup de personnes préconisent aujourd’hui l’utilisation des couches en tissu. Cela facilite le compostage des couches encore appelé “couches fertiles”. 

Les avantages du compostage des couches

L’utilisation de couche biodégradable a beaucoup d’avantages. Evidemment, cela permet de protéger l’environnement, mais également d’économiser de l’argent. Les couches en tissu peuvent durer plus de trois enfants. Néanmoins, il faut régulièrement les suspendre sur une corde pour les sécher le plus souvent possible. Faites donc le bon choix pour l’environnement pour aller vers le compostage des couches

Même si vous n’êtes pas encore TreeHugger le développement durable est un devoir pour tous. Le choix écologique est très satisfaisant et offre un système de couches en circuit fermé. Dès lors, rien n’entre et ne sort de votre maison à part les détergents naturels pour la lessive. Par exemple, vous n’aurez jamais peur d’épuiser votre réserve de couches propres et sèches. Vos enfants en auront à foison. 

Si vous êtes curieux, vous auriez peut-être lu des articles sur “le compostage des couches”. C’est un nouveau service très adapté aux familles ? Par contre, si vous n’en avez jamais entendu parler, sachez que c’est une très belle solution pour les familles voulant s’abstenir des travaux supplémentaires liés aux vêtements. 

Les contours du compostage des couches

Malgré ses multiples avantages, le compostage est moins écologique qu’il ne paraît. En effet, il s’agit d’un partenariat entre l’entreprise de couches jetables “DYPER” et le service de recyclage “TerraCycle”. En effet, “DYPER” est reconnu pour fabriquer les couches jetables les plus “propres du marché”. L’entreprise utiliserait des fibres de bambou exemptes de chlore, de phtalates, de lotions, de PVC, de parfums, d’alcool et de latex. 

TerraCycle quant à lui est un service de recyclage qui recycle à peu près tout ce que nous envoyons. Cependant, les parents doivent souscrire à un abonnement régulier à DYPER. Autrement, ils ne pourront pas profiter des services REDYPER. Notons que l’abonnement est relativement cher. Ce service permet d’envoyer les couches-culottes à TerraCyle pour le compostage des couches de façon adéquate. 

Par ailleurs, ce geste écologique du PDG de DYPER, Sergio Radovic est quand même a salué. Il déclare à Earth911 qu’ »Il n’a pas été facile de mettre au point la couche-culotte la plus entièrement compostable jamais créée. Mais nous sommes ravis que notre partenariat avec TerraCycle permette aux familles de ne pas envoyer leurs couches usagées dans les décharges ». 

Les points d’interrogation autour du programme

Tout ceci à l’air génial, mais laisse un peu perplexe. L’idée peut paraître absurde ou gaspilleuse de transporter des couches sales, lourdes et mouillées à travers le pays pour le compostage des couches à TerraCycle. En effet, l’on peut se poser beaucoup de questions sur l’impact environnemental de ce transport de déchets. C’est pourquoi, nous avons demandé  au PDG de TerraCycle, Tom Szaky de nous faire part de ses commentaires.

Il a expliqué que tout le programme de recyclage est coordonné avec UPS. Tom Szaky dit qu’il possède « l’une des sociétés de transport maritime les plus durables et les plus efficaces au monde. Lorsque les déchets sont renvoyés aux différents centres de distribution de TerraCycle pour être compostés industriellement, les envois sont regroupés dans les itinéraires existants qu’UPS effectue déjà ». Entre autres, DYPER achète pour le compte de ses abonnés, des compensations de carbone.

Szaky poursuit donc en disant que « Le transport est absolument un effet sur l’environnement. Cependant, il n’est généralement pas à l’origine d’un avantage ou d’un préjudice environnemental [lorsqu’il s’agit du débat sur] le recyclage par rapport au compostage [et] la réutilisation par rapport à l’élimination. 

Les facteurs typiques sont la réduction des besoins en matières vierges. En effet, l’extraction ou l’élevage de matières vierges est la cause principale de l’impact environnemental de la plupart des produits. Le traitement utilisé pour recycler les couches est le lavage pour les réutilisables ».

La nouvelle dynamique face aux dommages environnementaux

Selon les recherches, DYPER à de bonnes raisons d’exister. En effet, la conception du programme est progressive. Elle est faite à base de bambou à croissance rapide. Cela inclut l’utilisation d’un minimum de produits chimiques synthétiques. Notons que cette utilisation de produit chimique peut constituer un facteur de dommages environnementaux. C’est pourquoi Szaky a mentionné qu’il y a désormais une diminution d’extraction de ressources. 

Par ailleurs, DYPER affirme que le compostage des couches peut se faire dans les jardins privés. A conditions quelles viennent de la société et quelles ne contiennent surtout pas de crottes. Les particuliers n’ont pas manqué de qualifier cette option. Il se dit qu’elle est la plus verte et la plus grande de toutes. 

Aussi, Szaky a ajouté que les 97 % américains qui n’ont pas l’option du compostage des couches industriel en bordure de route auront accès au transport maritime des déchets. Les couches sont synchronisées comme ils le disent avec d’autres livraisons d’UPS. Malgré cela, les spécialistes croient toujours que c’est une mauvaise idée d’expédier des déchets dans tout le pays pour faire le compostage des couches industriel.

Ce qu’il faut faire aujourd’hui, c’est réduire nos habitudes d’achat. Aujourd’hui, la situation mondiale nous incite à adopter les produits réutilisables et d’adapter notre style de consommation. Le moment n’est donc pas propice à la commodité auquel REDYPER nous habitue. Nous ne devons plus perpétuer les produits jetables à usage unique. En effet, « nous devons changer la culture, pas la tasse ».

Quelles sont les alternatives ?

La logique selon laquelle il faut changer la culture et éviter la tasse s’applique aux couches. C’est vrai qu’il est important de repenser à la conception des couches compostables et à leurs recyclages. Cela permet d’apaiser la culpabilité liée à l’utilisation des emballages jetables. Cependant, il existe beaucoup d’autres solutions plus simples, plus abordables et surtout plus écologiques. 

En effet, pour réduire encore l’impact planétaire, il faut juste un peu plus de travail. Pour la nourriture par exemple, les solutions écologiques sont les récipients alimentaires réutilisables et les tasses. Par contre, dans le cas des couches, il s’agit de pratiques comme le fait de jeter les crottes dans un composteur bokashi ou simplement dans les toilettes. 

Ici, il s’agit aussi de l’utilisation des couches en tissus minces et plates de préférence. Ils se lavent et sèchent très rapidement sans besoin de couvercle. Tout ceci permet de réaliser facilement le compostage des couches comme à DYPER. Cela permet aussi de faire la lessive à l’eau froide.

La personnalité à l’épreuve de la tasse

Le combat contre la tasse est aussi une affaire de personnalité. C’est pourquoi chaque parent ou personne devrait s’entraîner très tôt à la propreté. L’élimination progressive des emballages permet de limiter le nombre de couches contenant de la crotte. 

Par ricochet, cela facilite le compostage des couches. Aussi, c’est efficace pour diminuer l’empreinte écologique des personnes. Cependant, c’est beaucoup moins charmant que l’abonnement aux couches. 

Néanmoins, le compostage des couches doit-être exploré plus avant. C’est pourquoi, les municipalités doivent devenir le fer  de lance de l’initiative. Elles doivent proposer le programme de compostage en même temps que le ramassage des ordures ménagères. Ainsi, les déchets ne seront plus transportés au-delà de leurs villes avant d’être compostés. 

L’idée ici, c’est d’éviter l’expédition des déchets vers d’autres régions. Si nous avons appris à le faire avec le recyclage, nous pouvons le faire avec les excréments humains.

Le programme REDYPER-TerraCycle

Le service REDYPER-TerraCycle est parti sur de bonnes intentions. Cependant, la mise en oeuvre de l’objectif de compostage des couches peut mieux se dérouler. En effet, il existe quelques moyens efficaces pour diminuer son empreinte écologique. Avec ces méthodes, nous n’aurons plus recours aux combustibles fossiles sales. Ainsi, la distribution dans tout le pays va s’arrêter. 

Rien n’est à négliger. Aujourd’hui, il faut non seulement prendre au sérieux tout ce qui est vert, mais aussi ce qui ne l’est pas. Ce n’est pas pour rien qu’il est interdit d’utiliser les couches jetables sur l’île de Vanuatu.